DÖBLIN, Alfred

 

8500 €

DÖBLIN, Alfred

Lydia und Mäxchen

Tiefe Verbeugung in einem Akt

Strasbourg, Singer, 1906

LE PREMIER LIVRE D’ALFRED DÖBLIN, AVEC UN LONG ENVOI DESTINÉ À L’UN DE CEUX QUI MONTA LA PREMIÈRE REPRÉSENTATION DE LA PIÈCE, DANS LA SALLE DU FAMEUX “VEREIN FÜR KUNST” DE HERTWARTH WALDEN

ÉDITION ORIGINALE

In-8 (197 x 134mm)
ENVOI autographe signé, à l’encre noire :

                                         Meinem treuen Mitarbeiter,
                                          freundschaftlich,
                                          überreicht,
                                          Dr Döblin
      Es ist wirklich zum Lachen ; man kommt zu einem Buch wie eine Frau zu einem Kind ; sie weisst selbst nicht wie

(A mon collaborateur, amicalement remis en mains propres. Cela fait vraiment rire. On tombe sur un livre comme une femme sur un enfant. Elle ne sait elle-même pas comment.)

BROCHÉ dans sa couverture d’origine

Une partie du dos est manquante

Alfred Döblin, né en 1878, est déjà docteur en médecine de l’université de Fribourg en 1904. Il s’est spécialisé en psychiatrie et publie en avril 1905 sa thèse sur Les troubles de la mémoire dans le syndrome de Korsakov. Entre 1905 et 1919, quelques revues scientifiques accepteront la vingtaine d’articles qu’il écrira. L’influence de la science dans la littérature de l’expressionisme est notable : à la même époque, Robert Musil soutient sa thèse sur le scientifique Ernst Mach (1908). Ce sera tout le sens du manifeste de 1913 de la célèbre revue d’Herwart Walden (grand ami de Döblin), Der Sturm : s’éloigner du roman psychologique défendu par Thomas Mann pour rapprocher la description romanesque de la totalité vivante, d’une réalité sans âme, comme en témoignera Berlin Alexanderplatz en 1929. Depuis 1896, Döblin s’essaye donc à l’écriture et a déjà rédigé les manuscrits de deux romans. Le premier, Modern. Ein Bild aus der Gegenwart (Moderne. une image du présent) disparaîtra et ne sera publié qu’en 1972. De même, Cavales (Jagende Rosse), son deuxième roman ne verra le jour qu’en 1981. Le troisième, Der schwarze Vorhang (Le Rideau noir), sera diffusé en 1912 dans Der Sturm et en 1919 sous forme de livre. Der Sturm publiera la série de douze nouvelles écrites entre 1903 et 1991.


C’est donc un écrivain passionné de littérature qui fait jouer pour la première fois à Berlin le 1er décembre 1905 sa pièce de théâtre en un acte, une farce loufoque (d’où le sens de l’envoi sur cet exemplaire) : Lydia und Mäxchen. Elle est imprimée en 1906 et devient le premier livre d’Alfred Döblin. Son originalité réside dans le fait qu’au moment où les acteurs quittent la scène, le spectacle continue sans eux, car les objets se mettent à jouer. La pièce fut jouée pour la première fois au célèbre Verein für Kunst fondé en 1904 par Herwarth Walden, au milieu d’une soirée mémorable dans la salle nommée “Gesellschaft der Freunde”. Le Verein für Kunst regroupait les plus grands écrivains et artistes du Berlin de l’expressionnisme. L’envoi de cet exemplaire à un “Mitarbeiter” (collaborateur) fait évidemment référence à ces écrivains, artistes ou aux acteurs de la pièce, bref au Verein für Kunst.

BIBLIOGRAPHIE : The Routledge Encyclopedia of Jewish Writers of the Twentieth Century, New York, 2003, pp. 238-233 -- M. Vanoosthuyse, Alfred Döblin, Paris, 2005, pp. 27-38

BKS : 5443

Plus d'informations : jean-baptiste@deproyart.com

 

Exposition publique à la librairie sur rendez vous uniquement