MORÉAS, Jean

Poésies 1886-1896

Bibliothèque artistique et littéraire,, 1898.

RELIURE JAPONISANTE

Première édition collective. ÉDITION ORIGIGINALE d'Enone au clair visage et Sylves et Eriphyle et Sylves nouvelles 

 

In-12 (183 x 124mm)

CONTENU : Le Pèlerin passionné ; Enone au clair visage et Sylves ; Eriphyle et Sylves nouvelles 

RELIURE PASTICHE : Décor japonisant doré et rouge sombre, dos à la bradel, tranche supérieure dorée, non rogné 

Le Pèlerin passionné, d’abord publié en 1891, se caractérise par une grande nouveauté dans l’œuvre de Moréas : pour la première fois, le vers libre y apparaît. Il s'écarte de plus en plus du Symbolisme (mot qu’il inventa). Le vers irrégulier, de longueur variable, la césure capricieuse, des Syrtes et des Cantilènes, l'y amenait doucement. Le poète déclare qu'il n'usera plus de la rime, tantôt riche, tantôt alanguie jusqu'à l'assonance, que comme d'un moyen rythmique, et qu'à l'occasion, il l'omettra même afin "d'accorder des polyphonies adéquates à la pensée exprimée" (préface de l’édition de 1891) 

 

Moréas écrivit Eriphyle et les Sylves nouvelles dans la lignée du Pèlerin. Cependant il semble revenir des audaces rythmiques de naguère à une versification plus classique. Un très grand nombre de poèmes, dans ces recueils, sont écrits en vers réguliers, sauf quelques licences de la rime. Il n'y a pas de vers libres dans Enone au clair visage. Mais d'autres poèmes sont composés de vers inégaux, capricieusement entrecroisés, comme dans Eriphyle

 

Le recueil des Poésies 1886-1896, composé de pièces anciennes et nouvelles écrites sur dix ans (comme Alcools d’Apollinaire) constitue un remarquable ensemble des recherches formelles à la fin du siècle et annonce les poètes du siècle suivant.

RÉFÉRENCE : André Beaunier, La Poésie nouvelle, Paris, Mercure de France, 1902