FLÉCHIER, Valentin-Esprit

Mémoires sur les grands jours d’Auvergne en 1665

Paris, Porquet, 1856

BELLE RELIURE DE L'ÉPOQUE AU DOS ORNÉ

Deuxième édition  

 

In-8 (210 x 128mm)

ILLUSTRATION : reproduction d'une etampe placée en frontispice

 

RELIURE DE L'EPOQUE. Dos de veau à nerfs orné, tranches marbrées

PROVENANCE : Belay (ex-libris)

Fléchier était fort apprécié de Louis XIV pour ses talents de prédicateur. Il se vit confier l’oraison funèbre de Turenne et fut reçu à l’Académie française le même jour que Racine. Nommé par Louis XIV au siège épiscopal de Nîmes, il fit preuve, tant dans ses mandements que dans son action, d’un esprit évangélique et humanitaire qui facilita les rapports avec la forte minorité protestante, apportant pendant la disette de 1709 les mêmes secours aux protestants qu’aux catholiques. Louis XIV ordonna la création d’un tribunal à Clermont en 1665 pour juger les délits, crimes et conflits juridiques qui désolaient la province. Le terme de "Grands-Jours" reste attaché au souvenir de la répression qui suivit le soulèvement d'une partie de la population contre le pouvoir absolu.

 

Les Mémoires sur les grands jours d’Auvergne en 1665 parut pour la première fois en 1844. Cette violente satire d’une assemblée provinciale aux multiples passions a fait l’objet d’une préface enthousiaste de Sainte-Beuve en tête de l'ouvrage. Fernand Vandérem considérait ce livre comme l'une des plus curieuses peintures de mœurs : "Comment un livre d'un tel intérêt, d'une telle qualité, d'une telle importance a-t-il jusqu'ici échappé aux regards des amateurs ?" (Bulletin du Bibliophile, juillet 1929, p. 291).