BÉRARD, Christian

Lettre autographe adressée à Jean Cocteau

vers 1940

ÉTONNANTE LETTRE DE CHRISTIAN BÉRARD À JEAN COCTEAU, TRÈS INTIME ET AFFECTUEUSE, AVEC UN SUPERBE DESSIN AU LAVIS REPRÉSENTANT L'ATELIER DE BÉRARD ET AU VERSO TROIS PERSONNAGES DANS "DES POSES D'ALMÉES".  

 

LA LETTRE A ÉTÉ ANNOTÉE PAR JEAN COCTEAU

Deux pages in-4 sur un feuillet (330 x 303mm)

 

ILLUSTRATION ORIGINALE : dessins originaux de Christian Bérard  

1. au recto, un grand dessin à la plume et au lavis noir représentant l'atelier de Bérard avec de grandes raies de lumière 

2. au verso, un dessin à l'encre représentant "les jeunes poisses" (cf. infra) du "Palais d'Orient" dans des poses d’almées

"Cher Jean. 

Que je suis heureux de la photo de Jean [Desbordes]. Je m’ennuie de vous et d’un côté, ici, je suis très malheureux. Le travail ne va pas. Il faut peut-être que je m’acclimate !!! Je ne sais, c’est terrible, terrible surtout à cause de cette maudite exposition que je voudrais bien ne plus faire. Je me sens ainsi pressé. Je me sentirais si bien ici à ne rien faire, à dormir, à me promener, à attendre l’inspiration. Peut-être Simone m’a-t-elle jeté un sort !!! et je me sens si petit à côté d’elle. Je ne sais !!! Sérieusement si je dois revenir, abandonner cette vie que j’aime, retourner dans le noir de l’atelier repeindre à l’électricité, faire aussi rarement deux, trois toiles ou attendre ici et faire peut-être quelque-chose de plus neuf ??? Ma chambre est si belle mais il y a trop de soleil, je ne peux peindre que dans le noir, mes modèles sont trop beaux, et cela me dégoûte de travailler d’après eux, aussi j’ai cessé de peindre. En ce moment, ce à quoi je pense surtout, c’est à dessiner. Je voudrais rapporter un tas de dessins de prison – dessins de composition et terrible, Jean, priez pour moi pour que le travail marche !!!!!!! Jean je m’ennuie de vous ... cependant je vis beaucoup avec vous tout le temps, je me dis si Jean voyait cela, etc. Mon cher Jean, cela m’ennuie pour vous que Desbordes parte, mais ce sera court, vous verrez, et après quelques mois ce sera la libération. J’ai été dans un endroit étonnant. Hôtel Renaissance où dans un décor de Palais d’Orient des jeunes poisses prennent des poses d’almées. C’est inouï tout ce monde d’une immoralité telle qu’on se croit un idiot. Je pense à un grand tableau pour le salon décor de Harem peinture Delacroix avec de jeunes pêcheurs et voyous dans des poses de Houris ... J’ai été voir les films chez Aline dans un salon très mystère. J’ai revu Boris Mostand et un film appelé Ménages Modernes qui est très beau ... Je suis heureux pour Marise. Je vous embrasse de tout mon cœur." 

 

[ajouts autographes de Cocteau, à l’encre violette :]  

"Je crois cependant avoir assez de toiles à Paris pour l’exposition pour rester ici et tâcher de travailler même s’il y a plus de risques [...] Je me promène avec vous sur le port et dans les cinémas [...] Et la liberté. La photo est tellement plus belle que mon portrait !!! Le regard de Jean [Desbordes]!!! Comme je voudrais refaire une autre toile. Je sens tellement que je la ferais mieux" 

 

Christian Bérard (1902-1949) travailla, dès 1930, en étroite collaboration avec Jean Cocteau et Louis Jouvet. Il réalisa entre autres les costumes et les décors de La Machine infernale (1934), L’École des femmes (1935), La Folle de Chaillot de Jean Giraudoux (1945), Les Bonnes de Jean Genet (1947) et Dom Juan de Molière (1948). Sa contribution la plus célèbre demeure la conception des décors et des costumes du film de La Belle et la Bête, en 1946.