LÉAUTAUD, Paul

 

3800 €

LÉAUTAUD, Paul

Amour

Paris, Éditions Spirale, 1934

SUBTIL TRAITÉ D’UN MATÉRIALISTE DE L’AMOUR : PAUL LÉAUTAUD, IMPRIMÉ SUR UNE COMPOSITION TYPOGRAPHIE DE SA MAÎTRESSE MARIE DORMOY, ET RELIÉ PAR UNE DE LEURS AMIES : ROSE ADLER

ÉDITION ORIGINALE tirée à petit nombre

 

Petit in-4 (190 x 150mm)

TIRAGE : l’un des 25 premiers exemplaires sur vélin, signé par Paul Léautaud à la plume et comportant deux épreuves du beau portrait d’Édouard Vuillard dont l’une sur vélin Viladon. “Cette plaquette établie par Marie Dormoy a été achevée d’imprimer à Paris.”

 

RELIURE SIGNÉE DE ROSE ADLER et datée de 1937. Vélin ivoire, décor typographique au filet noir et doré, dos long, couverture et dos conservés, tête dorée

“L’avantage du matérialiste en amour, c’est de ne pas donner dans la “cristallisation” et parer celle qu’il aime, sous l’influence de sa passion, de mérites et qualités qu’elle n’a pas” (P. 12).

 

L’auteur du Journal particulier, 1935 fut un amant remarquable, non par le nombre de ses aventures mais bien plutôt par sa façon de les mener. Anne Cayssac, surnommée Le Fléau fut l’objet d’un premier Journal particulier, 1917-1930 ; on y lit le détail des parties de “jambe en l’air” et des “criailleries”. En 1932, Léautaud entama une très longue liaison avec Marie Dormoy qui fut sa maîtresse bien sûr, mais surtout son véritable agent littéraire, la dactylographe de son Journal, sa cuisinière et bien d’autres choses encore. C’est à son chat Miton que ce joli livre est dédié. Elle fut encore sa légataire universelle par testament du 8 janvier 1942. Le 19 avril 1967, elle légua l’ensemble des papiers de l’écrivain à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet formant ainsi le fonds Paul Léautaud. De 1932 à 1956, Marie Dormoy dirigea la Bibliothèque Jacques Doucet. Elle avait été bibliothécaire du collectionneur de 1925 à 1932 et connaissait donc bien Rose Adler qui, dès 1923, travaillait déjà pour le couturier bibliophile. Le Journal de Léautaud comporte d’ailleurs de nombreuses allusions à la grande relieuse. Cette proximité avérée entre les deux amants, à la fois auteur et compositeur typographique, et Rose Adler laisse imaginer que cet exemplaire, rélié en 1937, fut créé pour l’un de leurs proches.