Zola, Émile

L'Assomoir

Paris, G. Charpentier, 1877

ÉDITION ORIGINALE

In-12 (179  x 115mm)
TIRAGE : exemplaire n° 26, l’un des 75 sur papier de Hollande, seul grand papier

RELIURE DE L’ÉPOQUE. Plein maroquin violet, décor doré, encadrement de filets autour des plats, dos à nerfs orné, tête dorée, couverture d’origine conservée

Lors de sa pré-publication en feuilleton dans Le Bien public en 1876, le roman fut accusé de “pornographie” par Le Figaro. Le texte publié en volume, en janvier 1877, fut interdit de vente dans les gares. Victor Hugo déclara à Zola: "Vous n'avez pas le droit de nudité sur la misère et le malheur" (cité par H. Mitterrand, Zola, Paris, 2001, t. II, p. 310). L’écrivain lui répondit par une des plus célèbres préfaces de la littérature française :

"J’ai voulu peindre la déchéance fatale d’une famille ouvrière... Au bout de l’ivrognerie, de la fainéantise, il y a le relâchement des liens de famille, les ordures de la promiscuité, l’oubli progressif des sentiments honnêtes, puis comme dénouement la honte et la mort. L’Assommoir est à coup sûr le plus chaste de mes livres (...) Je ne me défends pas d’ailleurs. Mon œuvre me défendra (...) C'est une œuvre de vérité, le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple. Et il ne faut point conclure que le peuple tout entier est mauvais, car mes personnages ne sont pas mauvais, ils ne sont qu'ignorants et gâtés par le milieu de rude besogne et de misère où ils vivent. Seulement, il faudrait lire mes romans, les comprendre, voir nettement leur ensemble, avant de porter les jugements tout faits, grotesques et odieux, qui circulent sur ma personne et sur mes œuvres."

En avril 1877, année vintage dans l’histoire de la peinture, s’ouvre la troisième exposition des impressionnistes et amis de Zola, avec la Gare Saint-Lazare de Monet, le Moulin de la Galette de Renoir, les paysages de l’Estaque de Cézanne et Rue de Paris de Caillebotte.

RÉFÉRENCES : M. Clouzot, Guide du bibliophile français,  p. 278 : “peu commun. Très recherché” -- L. Carteret, Le Trésor du bibliophile romantique et moderne,, II, p. 481 -- Vicaire, Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle, VII, 1204

 

BKS : 7294

 

Plus d'informations : jean-baptiste@deproyart.com