BONNEFONS, Nicolas de.

 

1250 €

BONNEFONS, Nicolas de.

Le Jardinier françois, qui enseige à cultiver les Arbres, & Herbes Potagères. 

Avec la manière de conserver les Fruicts, & faire toutes sortes de Confitures, Conserves, & Massepans. Dédié aux Dames... Augmentée par l’Autheur d’un tiers dans la première partie

Paris, Anthoine Cellier, 1666

BEL EXEMPLAIRE DE L’ÉDITION DE 1666 CONSIDÉRABLEMENT AUGMENTÉE, PROVENANT DE LA COLLECTION DU BARON GRANDJEAN D’ALTEVILLE

Édition “augmentée d’un tiers dans sa première partie”

In-12 (135 x 80mm)
Bandeau et initiales gravés sur bois
COLLATION : a8 e4 A8 B4 C8 D4 E8 F4 G-T12 V6 : (12), 390 pp., (3)
CONTENU : Epître aux Dames, Préface au lecteur, Copie de la lettre écrite par M. de Lyonne à M. de Bonnefons, Privilège, I : De la Situation du Lieu, de la Terre, & Fonds du Jardin, & les moyens d’améliorer celle qui est de peu de valeur ; II : Des Melons, Concombres, Citrouilles, & autres espèces semblables..., III : De la manière de conserver les Fruicts en leur Naturel
ILLUSTRATION : frontispice et trois illustrations hors-texte gravées par François Chauveau
RELIURE ATTRIBUÉE À DION. Maroquin rouge, triple filet estampé à froid en encadrement, dos à nerfs, tranches dorées
PROVENANCE : Victor-Aimé baron Grandjean d’Alteville (cachet ; cat. 1862, n° 476) -- Roger Poncelet (ex-libris)

Très pâles mouillures, etite galerie de vers restaurée dans la marge intérieure du cahier 2K

Ce nouveau privilège du 13 août 1663 nomme pour la première fois Nicolas de Bonnefons. Dans les précédentes éditions, il se cachait sous ses initiales inversées (RDCDWBDN : Nicolas de Bonnefons, valet de chambre du Roi). Le Roi lui renouvelle son privilège pour une huitième édition très augmentée, “de plus de moitié” : “à présent qu’il est retourné de son voyage d’Espagne où nous avions désiré qu’il allât pour dresser & planter des Jardins à notre très cher Frère & très honoré beau-père le Roy d’Espagne dans l’enclos du bon retire à Madrid”. Bonnefons ajoute en effet toutes les curiositez, intelligences & expériences qu’il a faites depuis un si long-temps. Et ces augmentations concernent principalement la première partie.

La principale originalité de l’ouvrage tient à la place accordée à la conservation des fruits sans préparation particulière. Il  s’ouvre par un long discours d’économie domestique exposant la manière de construire un fruitier et les façons diverses d’y conserver les fruits en leur lieu naturel.” (Livres en bouche)

RÉFÉRENCES : G. Vicaire, Bibliographie gastronomique, col. 462-463 -- Cf. Livres en bouche. Cinq siècles d’art culinaire français, n° 120

 

BKS : 9571

 

Plus d'informations : jean-baptiste@deproyart.com

 

Exposition publique à la librairie sur rendez vous uniquement