DUSAULX, Jean

De la passion du jeu, depuis les temps anciens jusqu'à nos jours

Paris, De l’imprimerie de Monsieur, 1770

BEL EXEMPLAIRE AU DOS LONG FINEMENT DÉCORÉ DE FRUITS ET DE FEUILLAGE

ÉDITION ORIGINALE

2 parties en un volume in-8 (190 x 120mm). Vignette aux armes royales gravée sur les pages de titre. Bandeaux gravés sur bois
COLLATION : xxxvi-267 pp, [4]-335 pp

RELIURE DE L’ÉPOQUE. Veau moucheté, dos long à décor doré exécuté aux petits fers, tranches rouges

"Jean Dusaulx, un ancien joueur repenti, publie le dernier ouvrage de l'Ancien Régime hostile aux jeux de hasard. Dusaulx, Secrétaire du duc d'Orleans, ami de Jean-Jacques Rousseau et futur conventionnel, dresse un réquisitoire implacable contre le joueur, jugé oisif, dépravé, brutal et égoïste, qui, dévoré par sa passion, retourne à "l'état de nature" et, superstitieux, se nourrit de blasphèmes et de préjugés trahissant une barbarie archaïque. Le joueur, sans cesse tourmenté par des insomnies et des comportements hallucinatoires, est la victime d'une pathologie qui ruine son esprit et ses capacités corporelles. La critique de la fureur du jeu chez Dusaulx dénonce métaphoriquement la crise politique de l'Ancien Régime : les jeux de hasard favorisent la tyrannie des "parvenus"; ils détruisent la société d'ordres et ses hiérarchies sociales. La passion du jeu brise les valeurs culturelles honnêtes et raisonnables; elle plonge la société des joueurs dans une folie collective" ("Jeu de prince, jeux de vilains". Cat. BNF, 2009, n° 90).

Le décor du dos de cette reliure, rencontré sur d’autres, a été attribué par certains à La Ferté, relieur du duc de La Vallière, et donc à cette même collection, sans preuve tangible.

RÉFÉRENCES : INED 1682 -- pas dans Kress, ni dans Goldsmith, ni dans Einaudi

 

BKS : 5472

 

Plus d'informations : jean-baptiste@deproyart.com

 

Exposition publique à la librairie sur rendez vous uniquement