FLAUBERT, Gustave

Madame Bovary

Paris, Michel Lévy frères, 1857

BEL EXEMPLAIRE EN RELIURE DE BASANE BLONDE DE L’ÉPOQUE.

CONDITION SIMPLE ET ENVIABLE POUR UN CHEF-D’ŒUVRE

ÉDITION ORIGINALE.

2 volumes in-8 (176 x 108mm)
Exemplaire de premier tirage avec la faute Senart au lieu de Senard. Sans le catalogue de l'éditeur parfois ajouté. Le faux-titre et le titre ont été répétés dans le premier volume
COLLATION : (vol. 1) : faux-titre et titre (répétés), f. de dédicace imprimée à Louis Bouilhet, f. de lettre à Senard, (5)-232 pp. ; (vol. 2) : faux-titre et titre, (233)-490 pp.
RELIURES DE L’ÉPOQUE. Dos à nerfs de basane blonde, plats de papier marbré, tranches mouchetées

L'intrigue de ce roman passe pour reposer sur un fait divers authentique, l'histoire d'une certaine Delphine de Lamarre. Cependant, le 18 mars 1857, Flaubert écrivait à Mlle Leroyer de Chantepie : “Madame Bovary n'a rien de vrai. C'est une histoire totalement inventée ; je n'y ai rien mis ni de mes sentiments ni de mon existence... C'est un de mes principes, qu'il ne faut pas  s'écrire. L'artiste doit être dans son œuvre comme Dieu dans la création, invisible et tout puissant ; qu'on le sente partout, mais qu'on ne le voie pas. Et à nouveau, le 4 juin 1857, à Émile Cailteaux : “non, Monsieur, aucun modèle n'a posé devant moi. Madame Bovary est une pure invention. Tous les personnages du livre sont complètement imaginés.”

En fait, sur les conseils de son ami Bouilhet, Flaubert avait accepté, comme un pensum, de raconter une histoire véridique. Mais dans les cinq années d'élaboration du livre, et notamment pendant son voyage en Égypte, ajoutant à l'histoire de Delphine de Lamarre ses propres souvenirs et les échos de sa liaison avec Louise Collet, Gustave Flaubert fit de Madame Bovary une des œuvres les plus personnelles, au point de dire lui-même: “Madame Bovary, c'est moi !” , et d'écrire à Taine : “Mes personnages imaginaires m'affectent, me poursuivent, ou plutôt c'est moi qui suis en eux.”

RÉFÉRENCES : En Français dans le texte, 277 -- M. Clouzot, Guide du Bibliophile français, p. 121 --  L. Carteret, Le Trésor du bibliophile romantique et moderne, I, 263-66 --  G. Vicaire, Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle III, 721-23

 

BKS : 10674

 

Plus d'informations : jean-baptiste@deproyart.com

 

Exposition publique à la librairie sur rendez vous uniquement