BLONDEL, François

Cours d’architecture

enseigné dans l’Académie royale d’architecture … Première partie

Paris, Aubouin et Clouzier, 1675

EXEMPLAIRE EN MAROQUIN, AUX ARMES DE COLBERT.

 

LE MINISTRE DE LOUIS XIV PLAÇA BLONDEL À LA TÊTE DE LA TOUTE NOUVELLE ACADÉMIE ROYALE D’ARCHITECTURE ET FAVORISA L’ÉDITION DE CET OUVRAGE.

        

LE GRAND LIVRE DE RÉFÉRENCE POUR L’ENSEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE, EN FRANCE, À L’ÂGE CLASSIQUE.

 

ANCIENNEs COLLECTIONs DE L’ARCHITECTE PIERRE-FRANçois fontaine, du professeur jacques millot et de jacques BEMBERG

ÉDITION ORIGINALE

 

Un volume in-folio (419 x 274mm)

COLLATION : π2 é2 i2 a-c2 A-B2 C-X4 (dernier blanc)

ILLUSTRATION : un frontispice gravé d’après La Boissière, 25 planches gravées sur cuivre

 

RELIURE DE L’ÉPOQUE. Maroquin rouge, encadrement à la Du Seuil, chiffre couronné dans les coins, armes dorées au centre, dos à nerfs orné du même chiffre, tranches dorées

PROVENANCE : Jean-Baptiste Colbert (armes au centre des plats et chiffre doré ; mention manuscrite « Bibliotheca Colbertina » ; Paris, 24 mai 1728, n° 3613 : « Cours d’architecture du même Blondel : première partie. Paris, 1675. Figur. G. P. mar. ») – P.-L. Fontaine (cachet) – Millot (Cat. I, 1975, n° 88) – J. Bemberg

Le Cours d’architecture de François Blondel (1618-1686) s’inscrit au cœur du programme d’enseignement de la nouvelle Académie royale d’architecture, tout juste créée, en 1671. La visée de cette institution, voulue par Jean-Baptiste Colbert, est d’« enseigner les véritables règles aux jeunes gens qui se proposent d’embrasser la profession d’architecture » (brevet royal). François Blondel, architecte de la ville de Paris, fut son premier directeur.

 

Tout comme les autres entreprises éditoriales confiées par Colbert à Claude Perrault, André Félibien et Antoine Desgodets, le but du Cours d’architecture n’est pas simplement d’offrir une encyclopédie aux architectes débutants, mais de construire un discours officiel façonné par les concepts et la terminologie académiques, dans lequel on apprécierait à leur juste valeur les talents des architectes du roi ; soit, de servir la gloire du roi. Le Cours d’architecture est dédicacé à Louis XIV, mais cet exemplaire-ci, aux armes de Colbert, devient quasiment un exemplaire de dédicace quand on connaît les liens qui unissaient alors le ministre et l’architecte. Les quatre autres parties du Cours d’architecture furent publiées peu de temps après la mort de Colbert, en 1683.

 

L’enseignement de Blondel à l’Académie se composait de cours publics sur l’architecture et les mathématiques, professés le mardi et le vendredi après-midi devant un groupe privilégié d’une vingtaine de jeunes architectes. Ces conférences formèrent le contenu du Cours d’architecture, comme l’indique clairement le sous-titre du livre. Le premier volume, publié en 1675, offrait une présentation détaillée des cinq ordres juxtaposant les proportions de Vitruve, Vignole, Palladio et Scamozzi. Le prestige institutionnel de l’Académie assura au livre une audience durable. Malgré une seule réédition (1698), le Cours exerça une influence considérable sur l’enseignement de l’Académie et sur les publications architecturales suivantes.

RÉFÉRENCES : BAL, IV, 296 – The Fowler Architectural Collection, 46 – The Mark J. Millard Architectural Collection, I, 24 – Katalog der Ornamentstichsammlung, Berlin, 2382 -- Anthony Gerbino, François Blondel : Architecture, Erudition, and the Scientific Revolution, London, New York, Routledge, 2010 -- Olivier-Hermal-de Roton, 1296, fers n° 6 et 9