LA FONTAINE, Jean de

 

10 000 €

LA FONTAINE, Jean de

Contes et nouvelles en vers

Amsterdam [Paris], 1762.

UN PHÉNOMÈNE BIBLIOPHILIQUE : LA CÉLÈBRE ÉDITION DES FERMIERS GÉNÉRAUX. EXEMPLAIRE RELIÉ PAR DERÔME, EN PREMIER ÉTAT, AVEC LES GRAVURES AU TIRAGE BIEN CONTRASTÉ. ancienne collection HENRI BORDES

PREMIER ÉTAT

 

Deux volumes in-8 (181 x 115mm)

ILLUSTRATION : 2 portraits, celui de la Fontaine d’après Hyacinthe Rigaud au t. I et celui d’Eisen d’après Vispré au t. II (exceptionnellement ici, en double état), tous deux gravés à l’eau-forte par Ficquet, et 80 FIGURES dessinées par Eisen et gravées à l’eau-forte par Aliamet, Baquoy, Choffard, Delafosse, Flipart, Lemire, Leveau, Longueil et Ouvrier, 4 VIGNETTES et 53 CULS-DE-LAMPE d’après Pierre Ph. Choffard dont le dernier contient son portrait. Le Cocu battu et content gravé par de Longueil et non par Leveau (p. 23). Le Cas de conscience, Le Diable de Papefiguière, Les Lunettes et Le Bât découverts. Le Rossignol, également découvert : « excessivement rare » (Cohen)

 

RELIURES DE L’EPOQUE SIGNÉES DE DERÔME (étiquette sur le premier volume : « rue Saint Jacques au-dessus de Saint Benoît »). Maroquin rouge, encadrement de filets dorés, dos longs ornés, tranches dorées

PROVENANCE : Lessore (ex-libris) -- Henri Bordes (ex-libris)

Petit manque de papier dans l’angle du feuillet P4, infimes rousseurs, très éparses

« Parmi les livres illustrés du XVIIIe siècle, cette édition dite des Fermiers généraux, parce qu’ils en firent les frais, est celle dont l’ensemble est le plus beau et le plus agréable ; c’est en outre le chef-d’œuvre d’Eisen... aussi quoiqu’assez commune, est-elle très recherchée et d’un prix élevé, surtout lorsque les épreuves sont de premier choix, et que la reliure est élégante et bien exécutée » (Cohen-De Ricci).

 

Les Contes de La Fontaine trouvent ici l’une de leur plus heureuse expression. Les dessins d’Eisen gravés par les meilleurs artistes du XVIIIe siècle créent le décor d’un univers « rocaille » fait de couvents, d’embrasures de fenêtres, de lits à baldaquins... dans lequel l’érotisme galant devient fantasme pour les bibliophiles du temps. Les amateurs créèrent une rareté bibliophilique sophistiquée, élargissant la hiérarchie des prix en fonction de critères touchant aux différents états des gravures et à la richesse des reliures réalisées par les plus grands maîtres. Les collectionneurs du XIXe siècle français allaient amplifier ces hiérarchies comme le montrent les treize colonnes de description bibliographique que Cohen-de Ricci enrichit constamment de ces dernières découvertes au fil des différentes éditions du Guide de l’amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle. L’édition des Contes des Fermiers généraux est ainsi devenue un véritable phénomène bibliophilique dont le charme un peu suranné se goûte particulièrement avec un exemplaire tel que celui-ci : simple et de bon goût.

RÉFÉRENCE : Cohen-De Ricci, Guide de l’amateur de livres à gravures du XVIIIe siècle, 558-571